Quels vaccins pouvons-nous faire en même temps ?

Mise à jour 19-10-2021 *Après la publication de cet article, né d’un rapport de lecteur, il y a eu beaucoup d’autres rapports de lecteurs qui, comme David, n’ont pas pu obtenir les laissez-passer verts bien qu’ils aient été vaccinés. Il existe de nombreux cas de vaccinés à l’étranger avec des sérums non reconnus dans l’Union européenne et en Italie qui sont restés sans laissez-passer vert.

Entre-temps, le ministère de la Santé, avec deux circulaires successives sur l’équivalence des certifications délivrées par des pays tiers, a identifié les exigences qui doivent porter les certifications vaccins et cicatrisation délivrées dans d’autres pays pour être valables en Italie. Il s’agit des données d’identification du titulaire, du nom, du lot et de la date du vaccin, des données d’identification de la personne qui a délivré le certificat. Les certifications, telles qu’elles sont lues dans la circulaire du 4 août 2021, ont la même validité que le Green Pass italien, mais ne sont reconnues que pour les 4 vaccins autorisés d’Ema : Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Johnson & Johnson. La circulaire du 23 septembre 2021 admet également les vaccins Covishield (Serum Institute of India), produits sous licence d’AstraZeneca, R-CoVI (R-Pharm), produits sous licence d’AstraZeneca, Covid-19 vaccin-recombinant (Fiocruz), produits sous licence d’AstraZeneca. Le vide réglementaire demeure pour de nombreux cas signalés par les lecteurs, y compris ceux qui ont été vaccinés avec du sérum Spoutnik, Sinovac et Sinopharm. À cet égard, pour certains vaccins reconnus par l’Organisation mondiale de la santé (y compris le vaccin chinois Sinovac) et pour le Spoutnik russe, la libération pourrait bientôt arriver, ce qui est toutefois à l’examen de la Commission européenne et pourrait impliquer une modification du règlement Green Pass.

A voir aussi : Pourquoi suis-je si timide ?

Il reste quelques jours avant l’entrée en vigueur du laissez-passer vert obligatoire en Italie, mais il reste encore de nombreux cas d’Italiens vaccinés sans laissez-passer vert. Parmi eux, on trouve même ceux qui ont été vaccinés à l’étranger avec des vaccins non reconnus par les agences pharmaceutiques italiennes et européennes.

Le ministère de la Santé n’autorise pas la validation de leurs certifications, car les vaccins tels que les vaccins russes et chinois ne sont pas autorisés et en fait, en Italie, ne sont pas administrés.

A lire également : Quelle préparation scolaire pour la maternelle ?

Lisez aussi : • Covid India : 200 000 décès et des millions d’infections, deuxième vague hors de contrôle • Bolsonaro : le président du Brésil sur le stand de la gestion de crise du coronavirus

Photo : Pixabay Vacciné à l’étranger : en attendant de comprendre ce qui peut être fait

Dans le même temps, cependant, il arrive que même s’ils le souhaitent, les personnes vaccinées avec des vaccins non reconnus ne peuvent toujours pas subir un nouveau cycle de vaccination en Italie, car l’ASL n’a pas l’autorisation de le faire.

Le problème est une lacune réglementaire et on se demande si celle des vaccinés avec des vaccins non reconnus figureront parmi les cas d’Italiens vaccinés à l’étranger en attente d’un laissez-passer vert qui, comme l’a déclaré le directeur général de la prévention du ministère de la Santé, Gianni Rezza , sont actuellement examinés.

Lisez aussi : • Ebola : du Congo à l’Ouganda, le virus revient effrayer l’Afrique • Les soignants : ils aident des millions de personnes, mais ils n’ont pas de droits

Photo : Pixabay Vacciné au Brésil, « Je ne peux rien faire en Italie pour obtenir le laissez-passer vert »

« Au milieu de l’urgence sanitaire, j’étais au Brésil. Dès que cela a été possible, je n’ai pas hésité à me faire vacciner. » Davide Tuniz, une coopérative de Novare, le raconte à l’Observatorio Diritti. Il s’agit de l’une des nombreuses histoires d’Italiens vaccinés à l’étranger avec des sérums non reconnus en Italie .

De retour en Italie en mai 2021, Davide a demandé le green passe, mais il a constaté qu’il n’y avait pas droit .

Il était parti pour Manaus, dans l’État brésilien d’Amazonas, en novembre 2020, avec un billet aller-retour déjà réservé pour le 2 février prochain. Il s’y était rendu pour des raisons familiales.

Si tout s’était bien passé, il serait retourné en Italie et aurait été vacciné à Novare, sa ville. « Mon beau-père aurait dû subir une intervention chirurgicale , qui a été reportée début 2021 précisément à cause de Covid, les hôpitaux étaient pleins et le risque d’être infecté était élevé », explique-t-il.

À cette époque, Manaus s’effondrait en raison de la propagation de la variante brésilienne du coronavirus et une grave urgence avait éclaté dans les hôpitaux en raison du manque de bouteilles d’oxygène. « Manaus était un maillot noir Covid au Brésil et ma femme et moi n’avons pas pu retourner en Italie pendant plusieurs mois. Entre-temps, la ville a commencé Campagne de vaccination CoronaVac et je me suis fait vacciner. »

Il s’agit du vaccin produit par la société pharmaceutique chinoise Sinovac, qui a récemment été validé par l’Organisation mondiale de la santé, mais n’est pas reconnu ni en Europe ni en Italie. Et comme Davide l’a découvert à son retour en Italie, il n’a pas droit au laissez-passer vert .

Lisez aussi : • Covid Brazil : la nouvelle variante de Bolsonaro et la gestion étouffent Manaus • Covid Africa : les infections grippent, mais les vaccins manquent

Photo : Pixabay Vacciné sans laissez-passer vert, l’ASL parle d’un « trou noir bureaucratique »

Face à l’impossibilité d’obtenir le laissez-passer vert avec le vaccin brésilien, Davide a réservé un nouveau vaccin en Italie en mai 2021, découvrant cependant que la double vaccination n’est pas autorisée .

« Nous confirmons qu’il s’agit d’un trou noir bureaucratique dicté par l’impossibilité de reconnaître ce vaccin en Europe », lui a déclaré le Service d’assainissement et de santé publique (Sisp) de l’autorité sanitaire locale, après avoir évalué son cas.

Par conséquent, même si elle le souhaite, l’ASL ne peut pas décider de se faire vacciner à nouveau ou de délivrer le laissez-passer vert, car pour des cas comme celui de Davide, il n’y a pas de réglementation ni de loi.

« Bien que l’ASL m’ait fourni toutes les informations nécessaires, il n’y a actuellement aucun moyen de sortir de cette situation qui soit plus que médicale, ce qui est évidemment bureaucratique », a admis Davide, terminé malgré lui dans la zone grise des personnes vaccinées sans laissez-passer vert .

En fait, les agences de santé ne peuvent délivrer qu’un certificat de vaccination réussie, qui n’est cependant pas valable en tant que laissez-passer vert. « A partir du 6 août, avec l’entrée en vigueur du laissez-passer vert obligatoire (conformément au décret-loi n° 105 du 23 juillet 2021, éd.) malgré la vaccination, Je vais en fait être pénalisé dans ma vie sociale et quotidienne, mais ce qui m’inquiète le plus, c’est qu’il s’agit d’une situation sans solution pour l’instant  », a conclu Davide.

Abonnez-vous à la newsletter de l’Observatorio Diritti

Quels sont les vaccins reconnus en Italie et en Europe ?

En Europe, c’est l’Agence européenne des médicaments (EMA) qui évalue les vaccins, qui ne peuvent être mis sur le marché qu’après avoir reçu son autorisation.

Il existe quatre vaccins Covid validés par l’EMA, ceux de Pfizer-BioNtech, Moderna, Astrazeneca et Janssen Pharmaceutica. Ils sont les mêmes autorisés en Italie, mais ils ont d’abord dû passer par le dépistage de l’Agence italienne des médicaments (Aifa).

Les vaccins Pfizer, Moderna, Astrazeneca et Johnson & Johnson sont donc à Aujourd’hui, les seuls vaccins qui permettent de demander le Green Pass en Italie.

En ce qui concerne la reconnaissance du laissez-passer vert en Europe , les autorités sanitaires d’un État membre de l’Union européenne sont tenues de reconnaître les certificats de vaccination délivrés dans d’autres États membres, comme l’exigent les règlements de l’UE 2021/953 et 2021/954 du 14 juin 2021.

Le Covid numérique de l’UE est en effet reconnu depuis le 1er juillet par les 27 États membres de l’Union européenne, ainsi que par la Suisse, l’Islande, la Norvège et le Liechtenstein. Il peut être obtenu par les citoyens de l’Union européenne vaccinés, mais précisément uniquement avec des vaccins reconnus , ceux qui se sont remis de Covid ou qui sont en possession d’un test négatif.

ARTICLES LIÉS