Comment reconnaître une ellipse narrative ?

Si vous pensez que quelque chose ne va pas dans l’intrigue de votre roman, vous devez peut-être faire attention à la différence entre les ellipses narratives et le trou narratif.

par Ferdinando Morgana

L’information d’une histoire

Le roman — l’histoire, l’histoire — sur lequel vous travaillez, a certainement une intrigue.

A découvrir également : Comment estimer le coût d'un lit bébé ?

Pour l’imaginer, vous avez peut-être pris quelques minutes (mal), peut-être quelques jours (encore mauvais), probablement des semaines, à le modifier au fur et à mesure de la rédaction (enfin).

Quelle que soit l’intrigue de votre roman, il aura sûrement un tissage, il contemplera des personnages, sera parsemé de descriptions narratives et de jonctions, il se déroulera dans un lieu et une période historique particuliers (ou encore plus de périodes et de lieux, bien sûr). Tout cela est une information. Des informations que vous devrez donner à votre lecteur pour qu’il ne se perde pas, afin qu’il puisse reconnaître ce qui se passe et à qui.

A voir aussi : Comment forcer quelqu'un à dire oui ?

Donnez ensuite des informations au lecteur. Oui, le processus de transfert d’informations au lecteur est l’une des choses auxquelles nous pensons le moins pendant que nous écrivons. C’est plutôt l’un des moments fondamentaux de l’écriture.

En donnant des informations au lecteur, il faut donc être bien conscient de ce qui se fait. Nous ne devons pas dépasser le paternalisme, par exemple en expliquant tout, même l’évidence. Et d’autre part, nous ne devons même pas nous déplacer excessivement du côté opposé, nier des informations essentielles, croire en cette manière de rendre le texte plus mystérieux, plein de charme et de charme suspense.

(Voici comment le coach en rédaction peut faire évoluer votre écriture)

L’ellipse narrative

Voyons donc ce que l’on entend par ellipses narratives. L’ellipse est une rupture, un détachement, une rupture entre un élément et un autre. Une absence d’informations qui, cependant, est possible de compléter par une déduction logique. L’inférence logique est donc la contrepartie de l’ellipse.

Si, dans un film, nous voyons une personne entrer dans un bar et que dans la scène suivante, nous la voyons siroter un verre de café américain dans la rue, nous pouvons facilement en déduire ce qui s’est passé. Après être entrée dans le bar, elle a commandé un café américain à emporter et est partie. C’est facile.

Bref, c’est l’ellipse narrative.

Nous faisons continuellement des ellipses narratives, nous choisissons continuellement ce qu’il faut dire et ce qu’il faut omettre lorsque nous racontons une histoire. Si ce n’était pas le cas, nous serions sans cesse verbeux, nos histoires seraient comme une carte de la réalité à l’échelle 1:1.

Nous faisons continuellement des ellipses narratives, nous choisissons toujours ce qu’il faut dire et ce qu’il faut omettre lorsque nous racontons une histoire.

Si ce n’était pas le cas, nous serions sans cesse verbeux, nos histoires seraient comme une carte de la réalité à l’échelle 1:1.

Comme dans l’illusion d’optique du triangle de Kanizsa, ce que nous ne disons pas contribue à faire ressortir une figure, une histoire, qui est également évidente grâce au vide que nous avons créé.

Le vide dans le récit est fondamental. Et il a la même dignité que les informations que nous avons données explicitement.

(en parlant de narration : vous trouverez ici ma sélection de manuels et de textes utiles pour ceux qui veulent écrire de la fiction)L’illusion d’optique du triangle de Kanizsa

Le trou narratif

L’absence d’information est opposée à l’ellipse narrative. Le soi-disant trou narratif.

Il arrive souvent de voir un film ou de lire un roman et de se demander à un moment donné : « Mais qui est ce personnage ? » ou même « mais pourquoi tout le monde est-il heureux maintenant ? » , ou « Où vont-ils ? »

Eh bien, si nous nous posons ces questions, cela signifie probablement que celui qui a écrit ce film ou ce roman ne savait pas comment bien doser l’information et a créé un véritable trou narratif. Il a donné naissance à un manque d’information, de sorte qu’il n’est pas possible de déduire ce qui se passe à partir de ce que nous savions jusqu’à ce jour.

Reconnaître le trou narratif est simple : demandez-vous simplement si je peux comprendre — par l’intuition, la déduction, la pure logique — ce qui se passe, en me basant sur l’information que l’on m’a donnée jusqu’à ce moment-là.

Par exemple, si une porte s’ouvre et que tout le monde salue ceux qui sont entrés avec de gros câlins et que nous, lecteurs, ne savons pas qui c’est, et nous ne le savons toujours pas beaucoup plus tard, voici C’est un trou narratif.

Autre exemple : ma protagoniste finit par se retrouver en difficulté extrême et pour lui sauver la vie, elle doit réussir une acrobatie et effectuer un triple retour en arrière sans effort, puis il regarde ceux qui sont à côté de lui et dit « oui, je suis un athlète olympique de gymnastique », c’est un trou récit.

S’il y a des éléments fondamentaux dans la construction de l’intrigue et de nos personnages, nous ne pouvons pas négliger de les dire, en décidant de les montrer quand cela se produit. La solution n’en est qu’une : mieux gérer les informations.

Comment faire ? Revenez en arrière et réécrivez. Réécriture. Et encore une fois.

(Pour ne rater aucun contenu de Cartographie littéraire, vous pouvez vous abonner à la newsletter)

(Ici, nous avons parlé de la nécessité de réécrire plusieurs fois)A trou d’information classique

Une clause de non-responsabilité brève mais importante concernant l’affiliation

La cartographie littéraire est un projet autonome et sans publicité. Pour cette raison, les produits physiques que je signale via des liens sont des affiliations. Cela me permet d’obtenir une petite somme si vous achetez les livres liés, afin de soutenir le projet. Si vous n’aimez pas les affiliations, ce n’est pas un problème. Vous pouvez rechercher des livres que je signale indépendamment ou les acheter sur d’autres plateformes.

ARTICLES LIÉS