Quelle est la date limite pour se faire vacciner contre la grippe ?

Adriano Cattaneo et Alberto Donzelli

Nous pensons que la volonté de rendre la vaccination antigrippale obligatoire repose désormais sur des preuves insuffisantes et douteuses et que le rapport risque/bénéfice n’est pas favorable.

A découvrir également : Comment fixer un siège auto Nania Groupe 1 2 3 ?

Avant-propos

Les auteurs, co-auteurs d’un article dont cet article s’inspire, se réfèrent à la méthode scientifique et à la médecine fondée sur des preuves, n’ont pas l’intention d’être exploités par des positions anti-vaccinistes, mais ils n’abandonnent pas non plus la discussion sur les mérites de vaccins spécifiques et de vaccins stratégies, car il est considéré comme normal de pouvoir le faire avec n’importe quel autre médicament . Ils soumettent donc leurs connaissances et leurs évaluations sur le sujet de la vaccination contre la grippe à leurs collègues médicaux, aux décideurs en santé publique et aux journalistes scientifiques, et sont ouverts à recevoir des contributions correctives ou des ajouts au document sur la base des preuves les plus valables. Ils espèrent être en mesure d’en discuter dans des contextes scientifiques et institutionnels appropriés.

A découvrir également : Quelle préparation scolaire pour la maternelle ?

Messages principaux

La pandémie de Covid-19 a conduit le gouvernement à étendre et à renforcer la recommandation de vacciner contre la grippe, et diverses régions ont ordonné l’obligation pour les personnes âgées et le personnel de santé. À ce jour, cependant, les recherches les plus valables sur les personnes âgées n’ont montré leur utilité que chez les patients cardiaques actifs, tandis que pour les patients non cardiopathiques, les preuves n’ont pas montré de tendance favorable. Il en va de même pour la vaccination aveugle des femmes enceintes et des enfants. Même pour les professionnels de la santé, il n’existe pas de preuves valables des avantages nets et, en tout état de cause, une obligation ne semble pas compatible avec la législation actuelle. Le choix d’un vaccin quadrivalent à forte dose, avec des souches autres que celles recommandées par l’OMS, semble être un autre problème critique. De plus, la vaccination contre la grippe :

  • a une efficacité modérée dans comparaisons de la grippe, mais elle n’est évidemment pas efficace contre les syndromes grippaux beaucoup plus nombreux provenant de virus autres que ceux de la grippe ;
  • certaines études peuvent augmenter le risque d’autres infections respiratoires (interférence virale), dont certaines dues au coronavirus (même s’il n’y a pas de preuves comparées au SARS-CoV-2) ; il n’a pas été précisé si elle était associée à un meilleur pronostic chez les patients atteints de Covid-19 ;
  • ne permet pas de distinguer les syndromes grippaux des formes initiales de Covid-19, qui nécessitent encore des tests diagnostiques spécifiques ;
  • si elle est prolongée et rendue obligatoire, comme l’ont décidé certaines régions, en raison d’un équilibre net très incertain entre les avantages et les préjudices, elle entraînerait de lourds coûts organisationnels, financiers et de désagréments, en concurrence avec une bien meilleure utilisation possible des ressources correspondantes.

À ce jour, les meilleures preuves scientifiques suggèrent de renoncer à l’obligation et d’accepter un moratoire sur une nouvelle extension de la vaccination , jusqu’à ce que de nouveaux intérêts valables, pragmatiques et indépendants des intérêts commerciaux apportent des réponses factuelles aux nombreuses questions soulevées.

Relation entre la vaccination contre la grippe et la mortalité

La plupart des études de ce rapport sont observationnelles et sont sujettes, entre autres distorsions possibles, au soi-disant « biais d’adhérence sain » : les personnes qui adhèrent à des interventions préventives sont, en même temps, plus susceptibles de suivre un mode de vie plus sain (alimentation, exercice, moins de risques comportement, recherche de meilleurs soins de santé…) que ceux qui n’y adhèrent pas, ainsi que de croire davantage en l’efficacité de l’intervention elle-même. Pour cette raison, il est préférable de s’appuyer d’abord sur les résultats des essais contrôlés randomisés (ECR) — ou sur des études d’observation dont le plan est le plus proche possible. à un ECR, en tenant compte principalement des résultats les plus importants et du moins soumis à des évaluations discrétionnaires.

Bien que les avantages de la vaccination contre la grippe sur la mortalité des personnes âgées atteintes d’une cardiopathie active soient documentés et que ceux des personnes âgées souffrant d’insuffisance cardiaque ou d’autres maladies cardiaques graves apparaissent, il est probable que peu d’ECR associent la vaccination à la mortalité chez les personnes âgées en bonne santé personnes ou souffrant de maladies chroniques stables . Dans les six ECR retracés, la somme des décès totaux donne des taux de mortalité faibles et très similaires dans l’ensemble des bras d’intervention et de contrôle. Des chiffres très différents émergent d’une étude observationnelle sensiblement similaire à un « ECR d’adhérence imparfaite », utilisant ce qu’on appelle une « conception de discontinuité de régression ». L’étude fait référence à la recommandation introduite au Royaume-Uni de proposer la vaccination contre la grippe aux personnes de plus de 65 ans, à partir de la saison grippale 2000-2001. Ce a permis d’appliquer le plan d’étude indiqué, avec le recrutement de sujets âgés d’environ 65 ans de 2000 à 2014, en les comparant avec des sujets immédiatement plus jeunes. En fait, à l’âge de 65 ans, il y a eu une forte augmentation du nombre de sujets vaccinés dans la population, comme prévu, mais les données sur les hospitalisations et les décès n’ont pas montré de changement similaire, ce qui aurait permis de documenter l’efficacité pratique de la vaccination. En revanche, les meilleures estimations ponctuelles des effets nets pris en compte ont montré pour 10 000 personnes âgées vaccinées :

  • 0,6 (-1,5 à 2,7) hospitalisations pour pneumonie et grippe ;
  • 2,3 (-2,8 à 7,4) admissions pour maladies respiratoires ;
  • 5,1 (-2,7 à 12,8) admissions pour maladies circulatoires ;
  • 9,1 (-1,4 à 19,6) hospitalisations totales ;
  • 1,1 (-1,0 à 3,3) décès totaux.

Cela suggère que l’effet net de la vaccination contre la grippe s’est étendu à l’ensemble de la population âgée. peut même être défavorable . S’il est admis que l’effet de la vaccination est bénéfique pour les personnes à risque de certaines maladies chroniques, mais qu’il est constaté qu’aucun bénéfice global n’est détecté dans la population, par souci de cohérence, il convient d’admettre que pour ceux qui ne sont pas porteurs de telles conditions à risque, l’effet peut avoir tendance à être nocif.

Qu’est-ce qui pourrait expliquer d’éventuels effets indésirables non négligeables ?

Une maladie grippale génère une réaction inflammatoire violente, avec des conséquences graves possibles chez les patients atteints de maladies. Cependant, l’inoculation du vaccin antigrippal provoque également une réaction inflammatoire mesurable au cours de la semaine suivante. L’inflammation qui suit une vaccination est certainement moins importante que celle associée à une grippe, mais pour éviter une grippe, ou un syndrome grippal (SG) qui inclut la grippe, dans une population, vous devez administrer des dizaines de doses de vaccin :

  • pour les enfants (2-16 ans) 12 (pour éviter un SG), tandis que l’efficacité dans la tranche de 6 à 35 mois semble significativement inférieure ;
  • pour les adultes (16-65 ans) entre 29 et 71 ans ;
  • pour les femmes enceintes 55 ;
  • pour les personnes âgées (> 65 ans) 42 (pour éviter un SG).

Par conséquent, seuls les ECR appropriés peuvent déterminer laquelle des deux solutions a un effet net global le plus faible au niveau de la population.

suite de ces considérations et de nombreuses autres considérations contenues dans l’article dont s’inspire le présent document, de nombreuses associations se sont adressées aux niveaux institutionnels compétents (ministre de la Santé, présidents du NITAG (National Immunization Technical Advisory Group) et de l’Istituto Superiore di Sanità, commissions parlementaires compétentes) et à divers journaux médico-scientifiques le communiqué de presse suivant, À la demandant l’ouverture d’un débat scientifique et, en même temps, pour éviter de forcer ce qui permettrait de poursuivre extensions et obligations en matière de vaccination.

Communiqué de presse du 16 juin 2020

La vaccination antigrippale étendue à la population et rendue obligatoire peut-elle être plus nocive qu’utile ?

Les associations soussignées participant au Réseau de durabilité et de santé (RSS) expriment leur inquiétude au sujet de la proposition du ministère de la Santé qui étend la recommandation de vacciner contre les enfants, les femmes enceintes, les agents de santé et les personnes âgées, et de respecter les ordonnances régionales qui même prévoir des obligations. Cette préoccupation fait également suite à la revue de l’article « Vaccination contre la grippe : ce que disent les preuves scientifiques ». La vaccination aveugle des personnes âgées, des femmes enceintes, des enfants et des soins de santé peut-elle être plus nocive qu’utile ? » écrit par certains membres du RSS avec la contribution d’autres experts.

Les associations participant au RSS :

  • croient que l’envie de étendre la vaccination contre la grippe et/ou la rendre obligatoire est aujourd’hui fondée sur des preuves insuffisantes et douteuses, et que les preuves les plus valables ne présentent globalement pas un rapport risque/bénéfice favorable ;
  • faire avancer la demande de moratoire sur l’extension de la vaccination antigrippale (et sur les obligations imposées par certaines régions) à de grands groupes d’âge et à de grandes catégories de citoyens, en attendant de disposer de preuves plus claires issues de recherches avec des conceptions hautement valides, indépendantes des sponsors commerciaux et menées par des chercheurs qui n’ont pas de relations financières avec les producteurs ;
  • appeler la politique à s’engager pour assurer un environnement anti-dogmatique propice à un débat scientifique libre, non pas basé sur le « principe d’autorité » mais sur les meilleures preuves disponibles à ce jour, transparent, exempt de conflits d’intérêts ;
  • appel à une discussion approfondie dans des forums scientifiques et institutionnels dédiés, au niveau national et régional, sans fermeture préjudicielle ;
  • et espérons que, dans l’intervalle, la vaccination contre la grippe sera offerte gratuitement aux catégories à risque et si elle est librement demandée, tant que chacun est pleinement et équilibré informé des incertitudes scientifiques existantes et de l’ampleur réelle des avantages attendus et des risques possibles, afin de permettre une véritable information le consentement, un principe clé de toute intervention sanitaire.

L’analyse donnée dans l’article ci-dessus est technique, avec des références constantes aux preuves scientifiques, mais la lecture est facilitée par la structure des questions et réponses clés. L’article discute de l’étendue des bénéfices attendus et des risques possibles d’une extension de la vaccination contre la grippe à la lumière des preuves disponibles sur l’efficacité et la sécurité, ce qui incite à un débat scientifique ouvert et non idéologique.

Le réseau de développement durable et de santé

  • E-mail : rete@sostenibilitaesalute.org ;
  • site Web : www.sostenibilitaesalute.org

Align Health and Health Foundation ; Non merci ; ASSIS — Association d’études et d’information sur la santé ; Centre de santé internationale et interculturelle (CSI) — APS ; Fondation pour la salutogenèse ONLUS ; Down Children’s Hands ONLUS ; Médecine démocratique ONLUS

Happy Decline Movement ; Réseau méditerranéen pour l’humanisation de la médecine ; SaluteGlobale.it ; Listening to You Desk — Social Psychotherapy Network

Adriano Cattaneo 1, Alberto Donzelli 2

1 épidémiologiste, Trieste — Groupe No.Grazie

2 Spécialiste en hygiène et médecine préventive, ancien directeur du service d’éducation appropriée et EBM ex ASL Milan — Conseil exécutif et comité scientifique de la Fondation Aligner Health and Health

Bibliographie

  1. Donzelli A, Agostini D, Bellavite P, Cattaneo A, Duca P, Serravalle E. Vaccination contre la grippe : quoi ? dicono le prouve scientifiche. Vaccinare in modo indiscriminato anziani, gravide, bambini e sanitari può risultare più dannoso che utile ? Rome : Fioriti, 2020
  2. Anderson ML, Dobkin C, Gorry D. Effet de la vaccination antigrippale des personnes âgées sur l’hospitalisation et la mortalité. Ann Stagiaire Med 2020 ; 172:445-52
  3. Christian LM, Porter K, Karlsson E, Schultz-Cherry S. Les réponses cytokines pro-inflammatoires correspondent à des effets secondaires subjectifs après la vaccination contre le virus grippal. Vaccin 2015 ; 33:3360-6
  4. Jefferson T, Rivetti A, Di Pietrantonj C, Demicheli V. Vaccins pour la prévention de la grippe chez les enfants en bonne santé. Base de données Cochrane des revues systématiques 2018, numéro 2, Art. Non. : CD004879
  5. Demicheli V, Jefferson T, Ferroni E, Rivetti A, Di Pietrantonj C. Vaccins pour la prévention de la grippe chez les adultes en bonne santé. Base de données Cochrane de Syst Rev 2018, numéro 2, Art. Non. : CD001269
  6. Demicheli V, Jefferson T, Di Pietrantonj C, Ferroni E, Thorning S, Thomas RE et coll. Vaccins pour prévenir la grippe chez les personnes âgées. Base de données Cochrane des revues systématiques 2018, numéro 2, Art. Non. : CD004876
  7. Donzelli A. La vaccination répétée contre la grippe prévient-elle la grippe sévère/mortelle chez les personnes âgées ? C’est peut-être le cas, mais pas non plus. Commentaire (7 mars 2018) à : Casado I, Dominguez A, Toledo D, Chamorro J, Astray J, Egurrola M, et al. Vaccination antigrippale répétée pour prévenir l’infection grippale grave et mortelle chez les personnes âgées : une étude cas-témoins multicentrique. CMAJ 2018 ; 190:E3-E12

Télécharger le questionnaire d’article au format PDF

ARTICLES LIÉS