Comment éviter la régurgitation ?

régurgitation chez les nourrissons est un problème assez courant, touchant plus de la moitié des enfants, avec une incidence maximale entre la cinquième et la huitième semaine de vie. Bien qu’elle soit si effrayante pour les nouveaux parents et que de nombreuses fausses nouvelles (parfois même « alarmantes ») y aient été diffusées, la régurgitation est un phénomène absolument naturel et inoffensif La . Voyons en détail de quoi il s’agit.

La régurgitation chez les nourrissons – qu’est-ce que c’est ?

La régurgitation, également appelée reflux gastro-œsophagien, n’est rien d’autre que l’ascension naturelle d’une partie du contenu gastrique vers l’œsophage, suivie de l’émission de matières alimentaires par la bouche.

A voir aussi : Comment dormir un enfant bouleversé ?

Dans la plupart des cas, la régurgitation du nouveau-né est constituée de petites quantités de liquide transparent, représentées par du lait maternel mélangé à de la salive, et se produit à quelques minutes de la fin de l’alimentation. Cependant, il peut arriver que ce phénomène se produise également sur une période plus longue, par exemple lorsque le nouveau-né régurgite deux heures après la consommation de lait, et dans ce cas, le matériau expulsé de la bouche ressemblera à celui du fromage cottage car il se compose de lait caillé, donc partiellement digéré.

Si, avec le lait, il y a aussi une augmentation des sucs gastriques, on peut parler de régurgitation acide du nouveau-né. sont essentiellement deux :

A lire aussi : Comment utiliser un coussin d'allaitement ?

  • l’immaturité du sphincter œsophagien, un muscle positionné entre l’œsophage et l’estomac, qui s’ouvre souvent spontanément chez le nouveau-né, de sorte que le lait qui se trouve dans l’estomac monte vers le haut et est éliminé de la bouche ;
  • l’alimentation du nouveau-né , composé exclusivement de nourriture liquides (lait maternel ou préparation artificielle).

La régurgitation du nouveau-né est également un phénomène transitoire, qui se résout spontanément chez 90% des enfants au cours de la première année de vie, à mesure que le sphincter œsophagien acquiert un plus grand tonus et est capable de mieux se fermer.

La régurgitation du nouveau-né : quand s’inquiéter ?

La régurgitation est, dans la plupart des cas, un phénomène normal et inoffensif, mais elle peut devenir l’indicateur d’un problème de santé du nouveau-né et en particulier d’une « maladie de reflux » gastro-œsophagienne » lorsqu’elle est associée à certains signes avant-coureurs , à savoir :

  • perte de poids ou mauvaise croissance ;
  • présence de traces de sang verdâtre ou de vomi ;
  • vomissements de jet ;
  • irritabilité excessive du bébé ;
  • difficulté à se nourrir inexpliquée : refus de nourriture, nausées, apnée…

Si, par contre, un nouveau-né a des régurgitations fréquentes mais grandit bien et ne présente aucun signe avant-coureur ou symptôme, il n’y a rien à craindre et aucune thérapie n’est nécessaire : c’est le cas des soi-disant « régurgitateurs heureux » ou cracheurs heureux.

Il n’est pas nécessaire de s’alarmer même si, après une régurgitation abondante, le nouveau-né demande à être à nouveau attaché au sein : de cette façon, en effet, le petit essaie de « récupérer » avec un supplément de nourrir la quantité de lait perdue avec la régurgitation.

Régurgitation et suffocation du nouveau-né

La peur d’étouffer le nouveau-né en raison de la régurgitation du lait n’est pas fondée , surtout si nous parlons d’un nouveau-né en bonne santé. De nombreux cas de mort néonatale subite ne sont pas dus à l’étouffement, mais à un événement très particulier, dont on sait encore beaucoup. petit, appelé mort du berceau ou mort du berceau. Aucune relation entre la fréquence des régurgitations et le risque de SMSN chez le nouveau-né/le nourrisson n’a été démontrée.

En ce qui concerne la prévention du MSN, il y a une série d’indications à suivre, parmi lesquelles celle de laisser le nouveau-né dormir toujours sur le ventre, tant pendant le repos de jour que pendant la nuit.

Par conséquent, nous ne devrions pas avoir peur de mettre le bébé allongé sur le ventre à la fin de l’alimentation : s’il était nécessaire d’éliminer une bulle d’air ou une « bouffée de lait », le petit commencera à s’agiter et à le soulever pendant quelques secondes pour l’aider à se libérer.

Les vieux conseils des grands-mères de « roter à la fin de l’alimentation » ou de coucher le nouveau-né sur le côté ne sont d’aucune utilité et peuvent également s’avérer nocifs pour la santé du bébé. Vidéo : en cas de régurgitation, en fait, si l’enfant est en position couchée (qui est la bonne), le lait pourra retourner par l’œsophage (d’où il a augmenté), peut-être même aidé par une petite toux.

La régurgitation du nouveau-né : les remèdes

En cas de régurgitation du nouveau-né, que faire ? Il existe une série de petites stratégies qui nous permettent d’éviter que ce phénomène absolument naturel ne devienne un problème difficile à résoudre. La gestion des repas, par exemple, est essentielle : de petits repas fréquents sont le meilleur moyen de réduire le nombre d’épisodes de régurgitation.

Si le nouveau-né est allaité, il n’y a aucune raison d’arrêter la consommation de lait maternel : dans ces cas, il est recommandé d’améliorer la technique d’allaitement, peut-être en prenant le petit dans une position telle que la tête soit plus haute que la petit cul, à un angle d’environ 45°, évitant ainsi la consommation de lait de manière vorace. En fait, il a été démontré que, pour réduire le nombre d’épisodes de régurgitation, il est essentiel que l’enfant ait une posture correcte en mangeant .

Chez le nouveau-né nourri artificiellement, il est bon de considérer que le biberon ou la tétine ne doit jamais être complètement rempli, car l’alimentation serait trop rapide.

ARTICLES LIÉS