Quelle activité faites-vous dans un groupe ?

Collègue Chat : Tout ce que vous devez savoir sur l’utilisation conforme aux règles de l’entreprise. Le secret des conversations est protégé par la Constitution.

Il y a des discussions pour les mères d’école et les personnes inscrites au cours de yoga ; des discussions avec des amis du football fantastique et ceux de la copropriété. Et puis il y a les discussions des collègues de travail : les employés se regroupent en groupes pour coordonner les activités à mener, mais surtout pour s’autogérer (comme alternative au syndicat) toute récrimination à l’encontre de l’employeur. Ce qui se passe dans ces groupes, ce dernier n’est pas connu. En fait, il s’agit de conversations confidentielles dont les supérieurs sont exclus. Mais que se passe-t-il en cas de fuite ? Si l’un des employés devait « voler » et montrer les conversations au patron, pourrait-il y avoir un risque de sanctions ou, pire encore, de licenciement ? Pour définir les règles d’utilisation des groupes WhatsApp a fait jurisprudence à plusieurs reprises au cours des dernières années.

A lire aussi : Comment élever un lapin ?

Une récente décision du tribunal de Florence du 16 octobre 2019 a établi la protection prévue par la loi pour les « groupes fermés » entre collègues de travail. La prononciation ne reprend qu’une orientation déjà lancée par la Cour suprême en 2018. Il est évident que le droit s’adapte également aux moyens de communication modernes et, bien qu’il n’existe pas de règles spécifiques régissant les groupes WhatsApp , la réglementation peut être déduite de l’interprétation analogique des normes existantes.

Voici quelques observations intéressantes qui découlent de l’application de la loi et de l’interprétation des normes contenues dans notre Constitution.

A lire en complément : Comment lui faire aimer sa mère ?

Offenser l’employeur : quel est le risque ?

Il ne fait aucun doute qu’il est interdit d’offenser l’employeur . Si vous le faites directement à son avant de commettre une infraction qui peut vous coûter un licenciement pour insubordination ou, en tout état de cause, pour blessure. Ce comportement, cependant, n’est pas un crime précisément parce que la blessure n’est plus telle.

Si, par contre, vous parlez du patron derrière lui, et que vous le faites en public (c’est-à-dire en présence d’au moins deux personnes) ou sur Internet, il existe un risque, en plus du licenciement, également un procès en diffamation (de plus, dans le cas de la publication Facebook, aggravé par l’utilisation du public transport).

Le droit à la critique est cependant garanti par notre Constitution. Par conséquent, lorsque la peine incriminée n’est pas une infraction gratuite, mais seulement l’extériorisation de sa propre opinion, faite discrètement et sans ressentiment ni attaque contre la personne, alors l’employé ne peut pas être « touché ». Rappelez-vous cependant : critiquer est légal, ne pas offenser même s’il y a eu, dans le passé, de nombreuses peines — même le La cassation — qui justifiait que les employés utilisent des mots forts envers leur employeur dans un environnement commercial conflictuel et exacerbé. Ceux qui ne reçoivent pas leur salaire sont faciles à jurer et à menacer. Il est donc nécessaire de prendre en compte la situation provocatrice dans laquelle un employé est mobblé ou laissé sans chèque de paie.

Lire la suite Infractions à l’employeur : quand elles sont licites.

Groupe de travail WhatsApp : est-ce secret ?

La correspondance est secrète. Tout le monde le sait. Il s’agit en fait d’un rempart de notre Constitution. La question est cependant de savoir si le chat de groupe peut également être considéré comme tel. Un message envoyé via WhatsApp, au sein d’un groupe fermé, est-il également secret ? La réponse, selon la jurisprudence, est affirmative. Comme la Cour suprême l’avait déjà anticipé il y a deux ans, le chat privé via la messagerie (qu’il s’agisse de WhatsApp, Telegram, Messenger ou d’une autre application) doit être assimilée à une correspondance et, à ce titre, confidentielle et secrète.

Par conséquent, vous ne pouvez ni accuser de diffamation, ni congédier l’employé qui parle mal de l’employeur au sein d’un groupe fermé entre collègues.

Pour la diffamation, le « lieu public » est nécessaire, ce qui n’est certainement pas le chat fermé.

Par conséquent, selon la Cour, tout ce qui est écrit et déclaré dans un groupe fermé activé sur les réseaux sociaux (en l’occurrence Facebook) par des travailleurs exposés au syndicat constitue, en premier lieu, une expression légitime du droit à la critique syndicale, une forme de communication privée. dans lequel les travailleurs peuvent laisser libre cours, également par l’utilisation d’expressions « colorées », à leur mécontentement face à la gestion de l’entreprise.

Lisez l’article sur le groupe WhatsApp : Pouvez-vous dire du mal de l’employeur ?

De même, la décision du tribunal de Florence a été rappelée au début : les messages au contenu offensant et diffamatoire, échangés entre collègues de travail dans une conversation privée, en tant qu’objet de supérieurs, ne constituent pas une cause juste de licenciement. Ils doivent, plus correctement, être qualifiés d’échange de correspondance privée entre collègues de travail , c’est-à-dire une expression du droit à la correspondance privée, sans que les messages de contenu, précisément en raison du contexte fermé et non susceptible d’être diffusé à l’extérieur, puissent avoir pertinence au niveau disciplinaire. C’est précisément la circulation restreinte et exclusive entre quelques sujets du chat qui réduit la portée diffamatoire élargie.

« Les messages vocaux adressés à un groupe fermé sont comparables à la correspondance privée et ne peuvent pas configurer d’actes adaptés à la communication des allégations publiquement offensantes, discriminatoires ou menaçantes, aboutissant à un échec de fait caractérisé par le caractère d’illégalité », explique le tribunal.

Quel est le risque de l’espion ?

Si, par conséquent, il est vrai que les messages échangés dans un chat fermé sont comparables à la correspondance privée et, par conséquent, secrets — tout comme une lettre fermée — qu’est-ce que quelqu’un risque ? est-ce qu’il diffuse le contenu à l’extérieur ? Selon la Cour suprême, ceux qui espionnent et révèlent à des tiers le contenu du chat ou du groupe WhatsApp commettent un crime, celui de violation du secret de la correspondance, comportement précisément puni par le Code .

Pour plus d’informations, lisez les articles suivants :

  • divulguer le message du groupe WhatsApp : qu’est-ce que vous risquez ?
  • ; WhatsApp : les risques juridiques liés au chat.

ARTICLES LIÉS