Pourquoi ma fille baise-t-elle ?

Maintenant, on en entend parler partout et, à force de l’entendre, on dirait presque que c’est normal… mais ce n’est pas normal ! Les débats à la télévision, les livres, les articles dans les magazines, sont tous du même avis : l’âge auquel vous avez la première relation est tombé à 12 ans ! !

Cela me paraît absurde, mais c’est la réalité et on peut l’entendre de la même voix que les enfants interrogés dans la rue. Pour eux, avoir des relations sexuelles dans la discothèque l’après-midi est une routine, car il est plus que l’ordre du jour de sortir le soir à l’âge de 13 à 15 ans et de faire trois heures du matin . Et peut-être rentrer chez eux ivres ou à moitié drogués sans que leurs parents clignent des yeux ; des parents qui, la plupart du temps, dorment déjà… mais comment dorment paisiblement ? ? ! Mais ne réalisent-ils pas le monde qui entoure leurs enfants ?

A voir aussi : Pourquoi suis-je si timide ?

Je ne suis pas un perbéniste absolu, j’ai aussi été fille et je sais que ce que vous pouvez faire la nuit, si vous voulez, vous pouvez aussi très bien faire l’après-midi, ce qui n’est pas l’heure du retour qui compte. Mais quand j’avais 12 ans, je jouais encore avec des poupées et maintenant j’ai 36 ans, je ne suis pas décrépit, je ne parle pas d’il y a 10 générations ! Que s’est-il passé ?

Il est possible qu’aujourd’hui les parents ne puissent plus transmettre de valeurs à leurs enfants, qu’ils n’aient pas assez de temps pour leur consacrer, pour donner l’affection que font les enfants, ils vont ensuite chercher dans les discothèques, pour empêcher les jeunes d’attirer l’attention. se comporter comme des adultes ?

A lire également : Quelle préparation scolaire pour la maternelle ?

L’autre jour, lors d’une émission de télévision, j’ai entendu dire que des jeunes filles quittaient les clubs l’après-midi et allaient avec leur mère à la pharmacie pour demander la pilule du lendemain : vous vous rendez compte ? Bien sûr, plutôt que de recourir à l’avortement, c’est peut-être la solution la plus immédiate, mais alors que diriez-vous à votre fille ? L’enfermez-vous dans un ermitage pour le reste de sa vie ? Vous lui enseignez la valeur de la maternité avec la bonne personne au bon moment et ne pas avoir à faire l’amour avec un pair juste parce que ses amis l’ont déjà fait , pour prouver quelque chose. Il n’en demeure pas moins que l’ingestion d’une véritable bombe hormonale à cet âge n’est pas le meilleur de la vie ! Non ?

Je comprends maintenant pourquoi le ministère de la Santé a décidé d’offrir le vaccin anti-VPH contre le virus du papillome humain (efficace contre les lésions précancéreuses du col de l’utérus) aux filles de 11 à 12 ans, ou aux jeunes qui n’ont pas encore rencontré l’infection qui, comme cela a été démontré, est transmis par des moyens sexuels.

Peut-être devriez-vous enseigner l’éducation sexuelle à l’école ou du moins enseigner des valeurs, ce que vous n’apprenez certainement pas en regardant la télévision, qui n’enseigne que se montrer et performer. si demandez à une fille ce qu’elle veut faire quand elle sera grande, elle vous dira qu’elle veut apparaître à la télévision, de quelque façon que ce soit, et peut-être qu’elle commence déjà par se remettre des téléphones portables de ses classes et se montrer sur Youtube.

Après tout, le phénomène des lolites qui vont à la discothèque puis revendent leurs images pour une recharge mobile se trouve dans le livre de Marida Lombardo Pijola « Ho 12 ans, je suis cubiste et ils m’appellent une princesse », où une enquête sur le monde des discothèques de l’après-midi, fréquenté par des adolescents âgés de 11 à 13 ans, révèle le tableau alarmant d’une génération rigidement organisée. Une foule de filles qui quittent leur maison en baskets et jeans, entrent dans la discothèque, portent des vêtements invisibles et se transforment en repas érotique pour la télévision des enfants avides de sexe. Une foule de pairs, par profession ou par profession, qui recrutent (pendant les loisirs scolaires) des abonnés pour les cubistes locaux et très jeunes, organisés en pyramides de pouvoir où ils reçoivent, selon leur position, les faveurs sexuelles des filles cubistes, qui dansent sous les yeux d’autres pairs, avec des regards voraces avec des téléphones portables prêts à capturer des photos et des films.

À ce stade, je préférerais, en tant que parent, passer 4 heures de mon samedi après-midi sur appel dans la salle de bain des filles (si j’étais papa devant la salle de bain des garçons), comme c’est le cas dans un club de Turin où des fêtes fréquentées par des enfants du premier cycle du secondaire ont lieu, afin de Évitez les transactions ou les choses étranges ! Le gérant du restaurant, pour ne pas avoir de problèmes, a rendu ce « service » obligatoire !

Peut-être ne pouvons-nous pas accepter une situation similaire en tant que parent, peut-être parce que nous avons trop confiance en nos enfants ? Peut-être parce qu’il est plus pratique de laisser leurs enfants faire ce qu’ils veulent tant qu’ils nous laissent tranquilles ? Déjà Quand ils étaient petits, ils les garaient devant la télévision ? Oubliez de leur apprendre le respect et les règles ? Les parents qui défendent leurs enfants (et eux-mêmes) en disant : C’EST IMPOSSIBLE, MON FILS/FILLE NE FERAIT JAMAIS DE TELLES CHOSES ! Ceux qui accusent les enseignants, disent que leurs enfants sont parfaits, alors que les enseignants ne peuvent pas faire leur travail !

Que s’est-il passé ? A qui est la faute de tout cela ? ? ? Nôtre ? Ils ? De l’Internet ? La télévision ?

Connaissez-vous vraiment nos enfants ? Pensez-y !

ARTICLES LIÉS