Comment dormir un enfant bouleversé ?

Que se passe-t-il pendant le sommeil d’un nourrisson ou d’un jeune enfant ? De nombreux parents s’inquiètent de voir leur enfant bouger, regarder son visage pâlir ou montrer des rougeurs, et ses paupières qui s’ouvrent puis se ferment. Parfois, le petit peut aussi émettre des sons ou respirer de façon très irrégulière : ce sont autant de manifestations d’un sommeil typique de cet âge. Y a-t-il des raisons de s’inquiéter ou cette image reflète-t-elle un type particulier d’activité de rêve, différent de celui des adultes ? Pour comprendre les particularités du sommeil infantile, nous pouvons partir de ce qui se passe dans le cerveau d’un adulte pendant le rêve.

À quel point un adulte rêve-t-il ?

Bien que certains croient qu’ils rêvent peu, chacun de nous rêve régulièrement, au début et à la fin d’une nuit de sommeil et pendant au moins trois autres phases équidistantes les unes des autres : un total d’au moins cinq épisodes de rêve, chacun d’une durée de 15 à 20 minutes, au cours de laquelle le cerveau est choqué par une tempête d’ondes électriques qui traversent ses circuits nerveux. Cet état d’activité nerveuse convulsive contraste avec l’état de paralysie dans lequel repose le corps du rêveur, dont les muscles deviennent progressivement atoniques (c’est-à-dire dépourvus de tonus musculaire), en dernier lieu ceux de l’arrière de la tête, comme en témoigne la tête du passager d’un train ou d’un avion lorsqu’il tombe sur la poitrine à au moment où l’abandon est total. C’est à ce moment, quand on rêve, que les globes oculaires se déplacent rapidement sous les paupières : ces mouvements donnent le nom de « sommeil paradoxal » (Rapid Eye Movements). ), la phase du sommeil dans laquelle l’activité électrique du cerveau est spasmodique — semblable à celle qui caractérise l’éveil — et pendant laquelle on rêve.

A lire aussi : Comment éviter la régurgitation ?

Les premiers rêves d’un enfant

Bébés et Les enfants, en revanche, ne tombent pas dans l’état de « paralysie » dont nous avons parlé, mais ils ont des phases de sommeil léger, de sommeil profond et de sommeil actif ou paradoxal. Dans cette dernière phase, leur cerveau a une activité électrique assez similaire à celle des adultes, mais leurs muscles ne sont pas paralysés : au contraire, ils peuvent se contracter rapidement, provoquant des tremblements, des ouvertures et des fermetures des mains, des mouvements des jambes ou même des pleurs et des pâleurs. Plus tard, dès l’âge de 2 ans, environ 3 % des enfants peuvent avoir des crises de « terreur nocturne » qui ne coïncident pas avec la phase paradoxale mais avec celle du sommeil profond.

Les enfants rêvent donc et le font intensément : l’activité REM apparaît déjà pendant la vie fœtale et pendant les derniers mois de la grossesse, ils passent environ les deux tiers de leur temps à rêver. Mais à quoi peut-on rêver quand il n’y a pas encore d’expériences, de souvenirs, de désirs, d’attentes ? Pour répondre à cette question, le les spécialistes du cerveau ne peuvent pas encore répondre et ne pourront probablement jamais le faire, cependant, on sait que même avant la naissance, les sons, les intonations de la voix de la mère, le rythme sont perçus comme des sensations musicales, tactiles, olfactives et gustatives. C’est peut-être cet « abécédaire » de sensations qui donnent vie à ces rêves qui commencent à prendre une forme plus distincte au cours des premières semaines de vie, lorsque les yeux s’ouvrent sur le monde et que le cerveau enregistre des expériences de plus en plus complexes.

A découvrir également : Comment réconforter quelqu'un qui pleure ?

Consolidez les expériences et les apprentissages

Un nouveau-né, qui dort environ 16 à 18 heures par jour au cours des premières semaines de vie, rêve la moitié de cette période  : 8 à 9 heures de rêves « actifs », accompagnés de mouvements des membres et des lèvres, de rougeurs, de pâleurs soudaines, de crises de sueur, d’expressions émotionnelles. Avant même d’exprimer ses émotions dans la vie de jour avec expressions de plaisir, de dégoût ou de perplexité, le visage d’un nouveau-né permet à ces expressions de briller pendant le rêve, comme s’il révisait des schémas instinctifs d’émotions pures, à tester en réponse à des situations réelles.

Il est possible que le sommeil paradoxal d’un nourrisson et d’un jeune enfant dure longtemps et joue un rôle important car il retrace les schémas mentaux que l’héritage ou les expériences ont inscrits dans son cerveau ? De nombreux neuroscientifiques pensent que c’est exactement le cas : le rêve occuperait un vaste espace de sommeil infantile précisément parce que, pendant ces longues heures, les souvenirs innés se consolident dans le cerveau — comme les expressions faciales des émotions — et les souvenirs acquis des expériences qui se produisent au cours de par jour. C’est dans le rêve que des souvenirs linguistiques, des sons qui constituent de nouveaux mots, des images visuelles, des associations entre différentes expériences : sans l’activité rêveuse massive qui caractérise l’enfance, l’espèce humaine ne pourrait pas se structurer et s’organiser au milieu de l’énorme masse d’expériences qui la caractérisent.

Rêve ou réalité ?

Les rêves d’enfance jouent donc un rôle essentiel par rapport à la mémoire : sans elle, un esprit fait d’expériences et d’apprentissage ne se construirait pas. Le déclin progressif des heures consacrées au rêve, de la naissance à environ 15 ans, correspond à l’accomplissement d’un voyage fondamental dans la construction de l’esprit adulte. Pourtant, le rêve a également une autre dimension : c’est une scène sur laquelle est jouée une pièce qui, jusqu’à un certain âge, semble partager de nombreux attributs et connotations de la réalité. En fait, un petit enfant n’est pas capable de saisir les différences qui séparent le rêve de la réalité diurne, la vie du rêve. En une seule étape plus tard, au fil des ans, les personnages et les scènes représentés dans le rêve prendront progressivement des dimensions ambiguës, ils seront masqués par une censure qui peut nous cacher, au réveil, la dynamique sinueuse du rêve. Parce que les rêves, comme notre esprit, ont leur propre enfance et maturité  : au fil des ans, ils deviennent moins linéaires et évidents, retravaillés et protégés par un cortex qui, dans l’enfance, est encore immature.

ARTICLES LIÉS