Comment apprendre à l’enfant à trotter ?

qu’est-ce qui peut faciliter (et qu’est-ce qui peut entraver) l’internalisation des normes chez les enfants ? Une mère exaspérée écrit que chaque nuit aller dormir devient une bataille avec les pleurs et les cris, car sa fille de 2 ans ne veut jamais arrêter de jouer. Il ne s’endort que lorsqu’il s’effondre épuisé. Une autre ne sait plus quoi faire de son fils de 4 ans : à la maison, elle s’oppose à toutes les règles, tandis qu’à l’extérieur, elle sait bien éduquer. Il semble ne désobéir qu’à ses parents. Un enseignant demande des suggestions pour maintenir trois enfants qui n’acceptent aucune discipline et empêchent les activités en classe. Un pédiatre est irrité par les parents qui ne peuvent pas donner le médicament à l’enfant « parce qu’il n’en veut pas ». Tous ces problèmes sont des variations sur le thème :

Il ne suffit pas de mélanger et de faire respecter les règles, en laissant le conditionnement externe. Ils doivent être appris et intériorisés pour que l’enfant apprenne à y faire face. Même en bas âge, les enfants ont soif de connaître les lois du monde physique, relationnel et social. Dans notre culture, la conception de enfant en tant que sujet à connaître et à respecter toujours, dès les premiers instants de la vie. C’est une bonne chose, qui a grandement amélioré la relation parent-enfant. Mais respecter l’enfant ne signifie pas se soumettre à lui, ni le déchire d’enseigner et de transmettre les règles nécessaires à la vie civile.

Lire également : Comment créer un compte Ameli sans adresse e-mail ?

Comment enseigner la conformité aux règles ?

Dans les moments de « réveil vigilant », les bébés surveillent déjà attentivement tout ce qui se passe autour d’eux, pour comprendre comment fonctionne le monde. Jour après jour, avec la croissance, ce type d’observations devient de plus en plus dense et systématique vers le monde entier : physique, végétal et animal, mais surtout humain. Ce réseau d’acquisitions intégrées est essentiel pour structurer et consolider l’apprentissage sur « comment… » : réaliser les choses désirables ; éliminer les choses désagréables ; entrer en contact avec les autres, ou l’interrompre sans conséquences graves sur la relation ; maîtriser les événements ; acquérir du pouvoir dans les relations ; gérer les conflits internes ; ne pas être submergé, pour faire la paix, pour se consoler, et ainsi de suite, pour toute situation réelle ou hypothétique.

C’est le premier moyen fondamental par lequel les enfants connaissent et intériorisent les normes sociales de la culture dans laquelle ils sont nés. Les normes ainsi apprises seront vécues comme naturelles, évidentes, fondamentales, universelles, absolues. Longtemps plus tard, dans un long processus qui commence souvent à l’adolescence, l’ancien enfant pourra voir que ces normes ne sont pas si naturelles, universelles et absolues, mais qu’elles sont liées à la culture dans laquelle il est né et s’est formé intérieurement.

A découvrir également : Comment forcer quelqu'un à dire oui ?

Toutefois, il sera en mesure de reconnaître sa valeur sociale pratique, dans autant que les règles nécessaires à la vie civile et à une société fondée sur la reconnaissance mutuelle, sur l’équité, la justice, la solidarité, l’efficacité et l’adéquation. Malheureusement, la découverte souhaitable que toutes les normes, même les plus fondamentales ou les plus merveilleuses, sont relatives et donc fragiles et donc précieuses ne sera pas atteinte par tous, ni toujours, ni pour toutes les règles. Ainsi, les normes fondamentales peuvent être violées car elles sont inconnues dans la fragilité de la fondation qui les rend précieuses. Apprendre « comment… » est activé chaque fois que quelque chose de nouveau est attendu ; mais plus vous êtes petit, plus l’activation et l’intériorisation seront fortes et systématiques des normes.

Les comportements en tant que questions

Ces gestes provocants doivent être saisis : c’est le moment où l’enfant demande qu’on lui enseigne une règle. Juste lui crier dessus, c’est perdre une précieuse opportunité. Dans ce processus d’apprentissage assidu, systématique et énorme, l’enfant expérimente à la fois la réalité physique et les attitudes et réactions des adultes, en supposant attitudes provocatrices pour provoquer, en fait, des réponses clarifiantes, à la fois physiques, verbales et comportementales. Par exemple, alors qu’il fait le geste de frapper le marteau sur la table ou lorsqu’il fait une crise de colère, il regarde les adultes présents, pour voir ce qu’ils pensent et ce qu’ils font, c’est-à-dire pour apprendre ce qui est recommandé, ce qui est permis et ce qui est interdit.

C’est un moment cognitif qui restera à jamais la base de tout moment exécutif ultérieur d’adhésion ou de rébellion contre les normes. Ces tests, que l’enfant effectue systématiquement, sont équivalents à des questions telles que : « Quelles conséquences dois-je attendre quand… » ; « Et si… » ; « Que dois-je faire pour… » ; « Comment puis-je… » ; « Que se passe-t-il si je ne le fais pas ? » … Nous, adultes, ne devons pas nous comprenons mal le sens d’une question que peuvent poser certains comportements. Il faut répondre à toutes les questions.

Un exemple

notre volonté d’assumer le rôle d’autorité qui établit et transmet les normes, et l’équilibre entre la rigueur des normes et l’intelligence du pardon, toujours unis par un encouragement réalisteUn garçon de 2 ans et demi veut être pris en charge. Son père lui dit : « Marchez un peu plus longtemps : on y est presque ». L’enfant, le regardant, gémite : « J’ai mal aux pieds », et le père, le prenant dans ses bras : « Vous êtes fatigué de marcher, mais vous n’avez aucune douleur aux pieds. Il vaut mieux ne pas mentir, sinon les autres ne vous croient plus même quand vous dites la vérité. » L’enfant reste attentionné. Puis, entre lui-même et lui-même : « Je ne le fais plus maintenant. » Quelque chose d’important s’est produit pour cet enfant : dans un climat de bonnes relations avec son père (pour lui le plus grand expert de la vie), il a pu reconnaître une norme fondamentale pour les relations humaines et l’intérioriser. À ce stade, il est facile d’identifier les principaux facteurs qui facilitent l’intériorisation des normes : notre comportement respectueux à leur égard ; la clarification de la la sensibilité et la compréhensibilité des normes que nous mettons en place ; notre cohérence dans la prévision des règles et dans l’exigence de leur respect. Mais plus important que tout est .

Essentiellement, pour faciliter l’intériorisation et la structuration des attitudes éthiques (individuelles, relationnelles et sociales), il faut d’abord les avoir intériorisées. Peu de choses sont aussi peu éducatives que l’hypocrisie et la fiction. Pour révéler des falsifications idéologiques, Marx a dit : « Regardez ce qu’ils font, pas ce qu’ils disent. » Les enfants regardent, sans avoir besoin d’exhortations philosophiques. Tout d’abord, il s’agit d’un processus cognitif.

ARTICLES LIÉS